J’aime bien l’école, surtout à la maison.

école à la maison dessin libre petit garçon chambre

J’ai toujours aimé aller à l’école.

Depuis que je suis petite, j’attendais avec impatience la fin des vacances et c’était pour une joie de préparer mes affaires d’école pour la rentrée. J’aimais être assise au premier rang et faire mes devoirs. En fille modèle, je prenais même plaisir à les faire en avance. J’aimais apprendre de nouvelles choses dans tous les domaines.

Grâce à l’école, j’ai fait de très belles rencontres qui m’ont ouvert l’accès à tous un champs de connaissances.

  • Mon professeur de SVT de 4ème a réussi à me transmettre sa passion de la géologie.
  • Mme Fournier en 4ème racontait l’Histoire avec tant de prestance et lui donnait vie et m’a donné envie de m’y intéresser.
  • Ma professeure de français de 3ème m’a fait goûté au joie du théâtre avec “Antigone” d’Anouilh
  • Mme Évrin, mon professeur de latin au lycée aimait tellement les lettres qu’elle m’a fait tombé amoureuse de la littérature.
  • M. Payet, en CPGE, passionné de fractales et amateur de jeux de rôle, donnait aux fonctions une dimension épique.
  • etc

Bref, j’ai très bien vécu ma scolarité !

Mais alors, pourquoi mes enfants ne vont pas à l’école ?

Ma réflexion sur l’école a débuté peu après la naissance de mon fils, le moment où j’ai commencé à tout requestionner dans ma vie. Je savais que mon cas était peu courant. La plupart des gens avaient vécu l’école comme une contrainte et non comme une aubaine. Et maintenant que j’avais un enfant, je ne souhaitais pas qu’il passe son enfance et son adolescence dans des endroits où il ne s’épanouissait pas… Au moment où nous cherchions une maison, c’était ma plus grosse crainte.

Comment offrir à mes enfants une école dans laquelle ils seraient heureux ? Est-ce que l’école publique la plus proche serait suffisamment bien ? Est-ce que je devais les inscrire en école privée ? …

À cette époque, je n’envisageais pas du tout le possibilité qu’ils n’aillent tout simplement pas à l’école.

Un jour, une amie au détour d’une conversation me parle de cette possibilité. Je savais plus ou moins que certains parents faisaient l’école à la maison car, quand j’étais petite, un voisin avait passé plusieurs années sans aller à l’école. Mais, je n’étais jamais allée plus loin dans ma réflexion. C’est alors que j’ai commencé à mettre le pied dans l’engrenage et à me questionner.

Était-il possible que je ne mette pas mes enfants à l’école ? Étais-je capable de faire l’école à la maison ? Qu’est-ce que cela impliquerait pour mes propres projets ?

Il ne me fallut pas plus d’une semaine pour avoir parcouru tous les sites possibles sur le sujets. J’épluchai de nombreux blogs sur le sujet. Je passai beaucoup de temps sur Youtube et visionnai toutes les conférences d’André Stern, un homme adulte qui n’est jamais allé à l’école. Je regardai le film “être et devenir” qui raconte le parcours d’enfants qui, non seulement n’allaient pas à l’école mais pire, ne suivait pas de programme ! J’appris alors qu’on parlait de manière générale d’instuction en famille car plusieurs famille ne suivent pas de cours par correspondance et donc ne font pas vraiment l’école à la maison.

La boîte de Pandore était ouverte.

Qu’avais-je appris durant ma scolarité ?

Je faisais alors une retrospective de ma vie.

Qu’est-ce que j’avais appris à l’école dont je me rappelais et qui me servait encore aujourd’hui ou que j’étais heureuse de savoir ?

Et bien, je reçus la réponse comme une claque : quasiment rien.

  • J’avais appris à lire en grande section pendant des vacances chez mon cousin grâce à ses livres de CP
  • Mon papa m’avait appris à faire du vélo dans le jardin et à utiliser un ordinateur, et notamment photoshop
  • Ma maman m’avait appris à lire l’heure grâce à un livre trouvé par hasard au marché
  • J’avais appris à nager en allant à la piscine pendant les vacances
  • J’avais pris le goût de la lecture en allant à la bibliothèque avec mon frère le mercredi après-midi
  • Je me mis à apprendre l’anglais à 11 ans en regardant Harry Potter en VO et en recopiant les sous-titres
  • En regardant ma maman et mes grands-mères, j’avais appris à coudre et à cuisiner
  • C’est en recopiant que j’avais appris à dessiner, comme raconté dans cet article
  • C’est encore en recopiant mes livres préférés que j’ai pris le gout de l’écriture.

Et la liste n’est pas exhaustive !

Pire, je me rendais compte de tout ce que je n’avais pas eu le loisir d’apprendre pour diverses raisons, mais que l’école ne m’aurait de toute façon pas appris :

  • faire de la gymnastique rythmique et artistique
  • faire du volley
  • connaitre par cœur les plantes de mon jardin et leur usage médicinal (apprentissage que je suis en train de faire…)
  • apprendre à tricoter (ce que j’ai fais grace à Youtube !)
  • apprendre à jouer de la flûte traversière
  • etc

Pendant toute cette semaine de chamboulements et de réflexions intenses, j’avais pris ma décision : mes enfants n’iraient pas à l’école ! Ainsi, Ils pourraient apprendre ce qu’ils voudraient, quand ils voudraient avec la méthode qui leur conviendraient.

Une nouvelle passion est née : éduquer et instruire mes enfants

Il fallait que je parle à Cyprien de mon idée d’instruire nous-même nos enfants. Qu’allait-il en penser ? C’était un peu osé de lui dire que je ne voulais pas mettre les enfants à l’école.

Mais, à ma surprise, sa première réaction fut une grande joie. “J’attendais justement que tu me le propose !” m’avait-il dit.

Mon mari fait malheureusement parti de cette majorité qui a vécu sa scolarité comme une contrainte et qui a l’impression d’y avoir perdu trop de temps. Je n’eut donc pas à beaucoup parlementer avec lui pour le convaincre de ne pas mettre les enfants à l’école.

C’était son rêve d’enfant !

Il nous restait encore à définir les modalités. Ne pas mettre mes enfants à l’école signifiait aussi abandonner un mode de garde simple et peu coûteux mis à la disposition de tous les parents par l’État. Cela voulait dire passer mon temps avec mes enfants et laisser de côté mes projets de bande-dessinée ou tous les autres projets trop chronophages.

C’est sur ces points que je mis le plus de temps à me décider. Sur le coup, je me disais que je devais faire un gros sacrifice.

Avec le recul, je pense que j’y ai beaucoup gagné. J’ai découvert à quel point l’éducation me passionnait. Depuis j’ai lu énormément et je me suis formée sur des sujets touchant au développement affectif et intellectuel des enfants et je continue de découvrir à quel point l’évolution des enfants est fascinante !

J’adore chercher le matériel qui correspond le mieux à mes enfants. J’aime créer du objets ludiques pour répondre à leur questionnements. Et, je sens que, plus ils grandiront, plus ce sera stimulant.

L’école à la maison mais jusqu’à quand ?

Souvent quand je parle du fait que je fais l’instruction en famille, les gens partent du principe que ça ne durera pas. Et souvent on me demande si je les mettrai à l’école pour le CP ou encore pour le collège.

Je n’ai pas de date limite.

Ce sera en fonction de leurs envies et de notre équilibre familial. Je sais que s’ils veulent eux aussi tenter l’expérience d’aller à l’école, les portes leur seront ouvertes. Mais je sais aussi qu’il est possible de passer son brevet ou son bac en candidat libre et sans être inscrit dans une école.

L’avenir nous le dira !

Et vous, que pensez-vous de l’instruction en famille ? Auriez-vous eu envie de vivre cette expérience quand vous étiez plus jeunes ?

Partagez
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

5 thoughts on “J’aime bien l’école, surtout à la maison.

  1. Salut Aurélie !
    J’ai aussi beaucoup écouté André Stern et il est très inspirant, effectivement.
    Quant au film “Être et devenir”, je l’ai adoré et il m’a bouleversé.
    Bravo d’avoir franchi le cap pour vivre en accord avec tes aspirations 🙂

  2. Waouh trop bien! J’ignorais qu’on puisse faire l’école à la maison jusqu’à pas de limites. Tes enfants ont de la chance d’avoir une maman qui puisse leur apporter toute cette belle ouverture d’esprit!

  3. très bel article …et bien moi aussi je me pose la question depuis un certain temps alors que j’ai toujours aimé aller à l’école…mais j’ai sincèrement l’impression comme toi que le temps d’apprentissage efficace à l’cole se résume au mieux à une paire d’heure par jour…là où à la maison en joueant on est capable de leur apprendre bcp de chose…cuisiner, compter, y compris une langue étrangère…

  4. Je partage tout à fait ta philosophie sur l’école à la maison 🙂
    3 ans d’IEF, pour nous, une magnifique expérience et, l’année dernière retour à l’école.
    Notre choix de l’IEF a répondu à un besoin fort à un instant I et le retour à l’école à répondu à un autre besoin.
    Je pense que, quelques soient les choix qu’on fait pour l’éducation de nos enfants, ils doivent être fait dans le respect de leur rythme et de leurs besoins. Donc chez nous, l’IEF reste encore une possibilité (je sais, c’est plus facile d’être “open” quand on travaille à la maison comme moi), mes filles le savent, mais tant qu’elles s’épanouissent dans leur école, c’est ok aussi 🙂
    Et l’école n’empêche pas de continuer à pratiquer des méthodes “alternatives” en complément à la maison. Tant que tout roule, ça roule ^^
    Amuse-toi bien à l’école de ta maison 🙂

Laissez un commentaire

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre de coloriage de la Famille Belette

%d blogueurs aiment cette page :