Je suis devenue minimaliste grâce à mes enfants

Avoir trois enfants signifie n’avoir que peu de temps pour moi et pour mes projets personnels. Entre leurs besoins et leurs envies, l’entretien de la maison, les courses, la cuisine, … il faudrait que je puisse me diviser pour tout réaliser parfaitement. Ajouté à cela le fait que je suis loin de ma famille et que j’ai fait le choix de l’instruction en famille, cela diminue un peu encore mon temps libre.

Et pourtant, il était primordial dès la naissance de mon premier et encore plus maintenant, de pouvoir continuer dessiner chaque jour, tout en conciliant ma vie de famille et une propreté minimale de ma maison (ce qui entre dans la case “vie de famille” finalement !)

maman qui fait le ménage avec un aspirateur et un bébé sur le dos en manduca écharpe de portage famille belette

Ma réflexion et mon cheminement ainsi que les changements dans notre façon de vivre se sont fait sur le long terme et sont encore amenés à évoluer, mais laissez-moi vous raconter comment nous sommes devenus minimalistes.

La garde-robe capsule

Tout commença par la découverte par hasard de la capsule wardrobe ou garde-robe capsule. La principe : ne garder dans son placard que 36 (à peu près) vêtements (chaussures et accessoires compris) pour une saison, de façon à ce que cette sélection soit harmonieuse et que chaque pièce aille bien avec les autres. Ne sont pas compter les sous-vêtements, les pyjamas ou les vêtements pour des occasions particulières (mariage, déguisements…). Il s’agit donc de ne garder que les choses qui nous vont et qu’on aime porter, de façon à ne plus perdre de temps le matin à choisir quoi mettre. Le reste de la garde robe est rangé loin de la vue. Je n’avais à l’époque qu’un seul enfant et mes minutes étaient déjà précieuses, alors si on me promettait d’en gagner quelques unes pour m’habiller le matin, je ne demandais pas mieux. Sans attendre je me mis à l’action.

la famille belette dessin personnalisé portrait stylisé album enfants qui remplissent une machine à laver avec des vêtements

Au bout de la première saison, je me rendis compte que je n’avais pas du tout porté quelques vêtements que j’avais sélectionné. C’est donc sans scrupules que je vendais ou donnais ce que je n’avais pas utilisé. Si sur 36 pièces à disposition, j’avais trouvé le moyen de ne pas porter quelque chose, c’est que je ne le porterai surement jamais. Et c’est ainsi qu’en un an, le tri fut drastique !

Aujourd’hui, j’ai deux garde-robes capsules permanentes : une pour les saisons chaudes et une pour les froides !

Ma garde robe rentre dans 4 paniers de format A4 et une moitié de penderie. Je n’ai que 2 paires de chaussures par saison et tout va avec tout !

Je combine tout cela à la méthode de pliage de Marie Kondo et j’ai un placard minimaliste bien rangé !

La méthode Marie Kondo

Sur cette belle lancée de changement de vie, j’ai commencé à lire le livre de cette fameuse Marie Kondo et à appliquer à ma sauce ses autres principes, comme je le raconte dans cet article.

Plutôt que faire un désencombrement par thème comme elle le préconise, je me mis à épurer les pièces de la maison les unes après les autres jusqu’à n’avoir que le nécessaire ou ce qui me tenait réellement à cœur.

Au début c’était difficile. “Pourquoi vendre cela alors que je pourrai un jour en avoir besoin ?”, ou alors “pourquoi me débarrasser de ceci alors que je l’ai payé si cher ? “… Mais, ce qui est génial c’est qu’une fois que le mouvement était lancé, je n’avais plus tant de peine à ne garder que l’essentiel. Et finalement avec le temps je me rend compte que plus je prends l’habitude de me débarrasser de ce dont je n’ai pas besoin, moins j’ai besoin de choses ! Je finis même pas prendre plaisir à donner ou vendre des choses et à faire le vide chez moi.

enfants qui vident un placard avec du lait et des sac et des bouteilles d'eau minimaliste famille belette

Et c’est ainsi que je faisais sans m’en rendre compte mes premiers pas vers le minimalisme.

Ne posséder que le minimum !

Après plusieurs années à faire cet exercice de désencombrement régulier, j’ai globalement peu de choses.

Dans la cuisine

Mon but dans ma cuisine est de rien avoir sur mes plans de travail pour pouvoir tout nettoyer d’un coup d’éponge lorsque j’ai terminé de préparer à manger. Pas d’électroménager qui trônent, ni de décorations qui prennent la poussière et la gras.

Je ne possède que deux casseroles, une poêle, une crêpière et une marmite. Si on m’avait dit cela il y a quelques années je n’y aurait pas cru ! Mais finalement, juste en ne remplaçant pas les ustensiles peu utilisés, je me suis rendue compte qu’on pouvait faire beaucoup avec peu. Et comme j’ai besoin de peu de choses, j’ai fait le choix de prendre de la qualité.

Les livres

L’étape la plus difficile fut celles des livres. Comme beaucoup j’avais cette attache inexpliquée aux livres, comme s’ils avaient des pouvoirs intrinsèques. Mais mon envie de pouvoir faire le ménage le plus rapidement possible m’a finalement décidé à appliquer la méthode de Marie Kondo : ne garder que les livres qui me procurent réellement de la joie ! À cette occasion je découvris le site de momox pour vendre ses livres en un clic !

montagne de livres pour enfants famille belette

Aujourd’hui, nos livres se limitent à deux bibliothèques vitrées et nous tenons à ne pas avoir plus de livres que de place dans ces deux meubles. Pour le moment ça marche plutôt bien. Si un livre rentre, un autre doit s’en aller.

Les enfants

Avec la découverte de la motricité libre, nous n’avons quasiment plus de matériel de puériculture.

Comme pour nous, les enfants ont une garde robe très minimale.

enfants qui jouent au duplo lego dessin minimaliste stylisé portrait de famille belette

Ils ont aussi peu de jeux. Nous n’hésitons plus à donner les jeux avec lesquels ils ne jouent pas ou qui sont en doublons. Et tant pis si ce sont des cadeaux. Aussi, comme il est important pour nous que les jeux soient rangés par thème et usage pour que les enfants les utilisent, alors, moins on en a, plus le rangement est simple ! Et puis, je ne pense pas être une exception en vous disant que mes enfants jouent plus longtemps avec des cartons vides que des puzzles !

La maison

Là encore la mobilité libre nous a permis de réduire les objets de décoration. À part des tableaux, nous ne possédons pas grand chose !

En parallèle de ces changements, nous avons aussi modifiés nos modes de vie et j’ai commencé à vouloir faire du fait maison et du zéro déchet. Dans une premier phase, avec entrain et minutie, je créai mes produits d’entretien et de beauté. Mais, avec le temps (ou plutôt le manque de temps), même les produits fait maison sont devenus minimalistes ! Dans notre salle de bain, il n’y a maintenant que du savon (qui sert à toute la famille aussi bien pour la peau que les cheveux), pas de crème ou autre produits de beauté, pas de maquillage non plus. Notre placard est littéralement vide !

De la même façon, mes produits ménagers ne consiste plus à des mélanges complexes où il faut faire chauffer, bouillir ou infuser ! Je n’utilise globalement que du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude. Finalement, la seule chose qui me prend encore un peu de temps est ma lessive faite à base de cendres, mais il s’agit surtout de temps de macération.

fabrication de lessive à base de cendres minimaliste enfant et maman seau tamis famille belette

Mes passions

C’est le point encore un peu délicat. Si peu à peu j’ai réussi à ne plus avoir grand chose pour dessiner car je suis passée au numérique, ma passion pour la couture reste très envahissante ! Mais je me trouve l’excuse de dire que ça me permet d’acheter moins de chose… Après tout, grâce à la couture, on n’achète plus d’essuie-tout, de couches, ni de lingettes…

“Less is more”

Je suis vraiment impressionnée de l’impact positif du minimalisme dans notre vie. Non seulement, c’est un gain de temps impressionnant notamment pour le ménage, mais c’est aussi une plus grande liberté intérieure . Les objets ont retrouvé dans mon esprit leur juste place. Je n’accorde plus autant de place à la valeur sentimentale des objets et j’ai un rapport aux souvenirs moins matérialiste qu’auparavant. Je passe plus de temps à écrire, à raconter ou à dessiner ce que je vis.

Et tous les ans, c’est un peu mon plaisir. Je m’amuse à vider tous les placards et de ne garder que ce que j’ai utilisé dans l’année. J’aime retrouver des tiroirs qui sont restés quasi vides pendant un an et qui ne seront surement pas remplis l’année suivant. J’aime vraiment cette sensation de liberté !

dessin personnalisé album de famille belette minimalisme minimaliste meuble vide enfant regarde dedans

Et vous avez-vous des tiroirs vides dans votre maison ?

Partagez
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

4 thoughts on “Je suis devenue minimaliste grâce à mes enfants

  1. C’est complètement fou que je tombe sur ton article le jour ou je lance un défi 21 jours pour désencombrer son espace. J’ai cru lire un passage de ma vie. De Marie Kondo à mon grand questionnement autour des livres en passant par la garde robe capsule!! Wahoo ! Je me suis régalée ! Serais tu ok pour être l’ambassadrice de mon défi! Il débute le 21 octobre, tu seras un bel exemple que des placards vides, c’est possible!

  2. Bel article et belle démarche. C’est agréable et satisfaisant pour nous, et en plus je trouve que cela permet de transmettre des valeurs à nos enfants : celle de l’anti-consumérisme à tout prix notamment 🙂

  3. Autant pour les vêtements je suis passée au minimalisme car j’en avais marre des lessives, autant pour les jouets c’est dur dur. J’ai beaucoup de mal à juguler l’invasion ^^’ Je vais tenter le principe des tiroirs vides :p

Laissez un commentaire

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre de coloriage de la Famille Belette

%d blogueurs aiment cette page :