Les 5 erreurs à éviter pour choisir un bon conte

Dans cet article, je vous expliquai ce qu’est un conte et l’importance d’en lire à ses enfants. Avant de vous lancer dans la lecture des 5 erreurs à éviter dans le choix de contes pour vos enfants, je vous invite à le lire ou le relire.

Pourquoi est-il important de lire des contes à ses enfants ?

portrait de famille belette stylisé histoire du soir conte

Les contes traditionnels sont une ressource infinie. Il y a d’abord les plus connus dans nos pays européens. On pense bien sûr aux contes d’Andersen, à ceux des frères Grimm ou à l’illustre Charles Perrault. Ces contes ont d’ailleurs souvent eux-même été repris de contes transmis oralement. Mais on peut aussi ouvrir nos horizons, en nous tournant vers des contes plus exotiques du monde arabe et persan avec les contes de milles et unes nuits par exemple. Il en existe aussi tout autant dans les pays asiatiques et dans le reste du monde. Grace à internet, nous avons aujourd’hui la chance d’avoir accès à ces histoires parfois millénaires qui ont forgé l’humanité.

Mais, ces contes traditionnels ne sont pas les seules histoires qui peuvent avoir tous les bénéfices cités dans l’article précédent. Mais dans l’abondance des livres qui sortent chaque année, particulièrement pour les enfants, comment s’y retrouver ?

Voici donc les critères rédhibitoires pour choisir des livres ayant la portée des contes.

Je précise cependant que, si un livre entre dans une des catégories suivantes, cela n’en fait pas un mauvais livre, ni un livre sans intérêt. Il faut juste savoir que ce livre n’est pas un conte avec les caractéristiques et les intérêts cités plus haut.

Quelles sont les 5 erreurs à éviter lorsqu’on choisit un conte pour ses enfants ?

Des livres sans trame narrative où il ne se passe rien.

enfants endormis canapé la famille belette portrait dessiné personnalisé dormir

Ça peut paraitre évident, mais dans un bon conte, il faut un début, un milieu et une fin ! J’enfonce peut-être des portes ouvertes, mais combien de livres pour enfants sortent aujourd’hui avec zéro action. Évidemment, je ne parle pas des livres documentaires dont le but n’est pas le même que les livres qui racontent des histoires inventées.

Je vais vous en citer un que j’ai acheté dans ma grande candeur car il était estampillé Montessori. Et, je ne connaissais pas encore bien à l’époque.

Deux sœurs jouent dans une pièce. Un oiseau cogne la vitre et se fait mal. Au moment où elles s’apprêtent à le soigner, il s’envole par la fenêtre, fin !

Et je n’ai qu’à peine exagéré. Cette histoire me laisse pantoise. La situation est on ne peut plus banale et on peut le dire clairement, il ne se passe rien. On ne sait rien de ces filles, on ne sait pas quel est leur but ou leur problème. L’élément perturbateur, qui est l’oiseau, ne perturbe en fait rien du tout. À peine est-il arrivé, qu’il est déjà parti et l’histoire finie.

Comment intéresser les enfants à la lecture et aux histoires si on n’ouvre pas la porte de leur imaginaire ? Si on les cantonne à des histoires d’un réalisme sans profondeur ? Comment leur donner soif d’aventures et de découvertes en les ramenant à leur vie quotidienne sans fantaisie ? La créativité qui est tant mise en avant aujourd’hui ne peut être qu’éteinte avec des histoires d’une telle platitude !

“Fréquenter l’impossible invite l’esprit au dépassement” Pierre-Henry d’Argenson

Des illustrations minimalistes ou abstraites

 la famille belette portrait dessiné personnalisé fille dessine papier crayons de couleur feutres conte

Dans mon article où je présentais 3 livres bienveillants , je parlais de la nécessité de belles illustrations. Mais j’irai ici plus loin. Non seulement, il faut que les illustrations des livres soient attractives, et là je laisse à chacun le soin de juger ce qu’il trouve beau, mais il faut aussi qu’elles soient descriptives. Il est primordial que les images montrent de manière figurative ce qui est raconté.

Autant l’histoire en elle-même peut être loufoque et irréaliste, autant les dessins doivent représenter ce monde imaginaire. L’art abstrait, peu importe ce que l’on en pense, n’est pas accessible à un enfant. Tout comme l’art contemporain n’est accessible qu’en étant initié.

Avant de pouvoir s’éloigner du figuratif, l’enfant doit se constituer une banque d’images. On ne rencontre pas des girafes ou des dragons à tous les coins de rue ! L’image dessinée sur le livre est la première représentation que l’enfant aura de ces choses encore inconnues. Ce sont toutes ces illustrations qui lui permettront ensuite d’aller vers l’abstraction. C’est grâce à elles qu’il pourra ensuite lire des livres sans image.

Avant de savoir lire, ce n’est que par les images et notre parole que l’enfant a accès à l’histoire. Alors, offrons-lui de belles choses à regarder.

Des histoire moralisatrices, éducatives ou thérapeutiques

 la famille belette portrait dessiné personnalisé grand père et petite fille font les devoirs assis table basse

Le but premier du conte n’est pas d’expliquer ce qu’est le bien et le mal. Ce n’est pas non plus de nous apprendre quelque chose d’immédiatement utile. L’objectif est avant tout de mettre en scène des péripéties, de montrer comment le personnage principal affronte les dangers et va au delà de ces obstacles. Ainsi, les livres explicitement créés pour présenter à l’enfant comment être quelqu’un de bien, ou du moins ne pas être quelqu’un de mauvais, gérer ses émotions, aimer son frère,… ne sont pas de bons contes.

Ce sont par exemple ces livres pour enfants où le personnage ne veut pas faire ce qu’on lui demande. Il est d’abord puni, puis il fait ce qu’on lui a préalablement demandé et il a une récompense. Rentrent aussi dans cette catégorie les livres qui mettent en scène des situations qui peuvent être conflictuelles de la vie quotidienne. “Timoté ne veut pas dormir”, “Mademoiselle princesse ne veut pas manger”… On peut aussi y ajouter les livres de la collection “Ainsi va la vie”. On peut aussi noter que la trame de ce genre de livres est souvent simpliste et les classe en plus dans la première catégorie.

De mon côté, au delà du fait que ce ne sont pas des contes, j’évite ce genre de livre car je trouve que cela relève presque de la manipulation. Je crois que lire trop de livres comme ceux-là risque de dégouter l’enfant des histoires qui ne feraient que de les ramener à des situations qui ne sont pas plaisantes dans leur vie de tous les jours.

Les contes aident à construire notre imaginaire pour affronter les situations difficiles qui adviendront pendant toute notre vie… Et pas seulement le coucher et les repas de nos 3 à 6 ans !

Des histoires sécurisantes

couverture livre de coloriage des contes populaires et classique petit chaperon rouge la famille belette

Vous avez aimé cet article ? 

Lisez la suite en entrant votre email

Et recevez le livre de coloriage des contes classiques !

 la famille belette portrait dessiné personnalisé enfant sur un moto casque, sécurité joie conte

Vous connaissez sûrement ces histoires où tout commence bien, il ne se passe rien et tout finit bien, le monde n’est que joie, paix et bonne humeur. Un exemple typique serait les livres de la collection Martine. Ces livres ne sont pas sans intêret car ils permettent de découvrir des endroits qu’on ne connait pas et d’acquérir du vocabulaire qu’on n’utilise pas forcément tous les jours… On peut aussi rentrer dans cette catégorie tous les livres documentaires qui expliquent le fonctionnement des objets, des animaux… J’aime lire ce genre de livres à mes enfants, ils leur permettent de mettre des mots et de mieux percevoir la réalité. Mais je garde en tête que ce ne sont pas ces livres qui leur permettent de s’épanouir et de les ouvrir à la créativité et à l’imaginaire.

Je crois qu’il est important de ne pas lire que des histoires où tout se passe bien. Il y a des choses violentes et injustes dans la vie auxquelles ils n’échapperont pas, comme la mort ou la maladie. Il me semble au contraire bénéfique de les introduire à ces difficultés par des histoires où tout se finit bien (en tout cas pour les plus jeunes).

Je crois qu’à force de vouloir cacher la part sombre de la réalité aux enfants, on finit par se voiler aussi la face en tant qu’adultes. Ce désir de ne montrer un monde en rose s’étend maintenant à la société dans son ensemble. La grossesse c’est merveilleux, la parentalité c’est merveilleux, et puis, quand on est confronté à la réalité, le monde s’écroule. Ainsi, combien de parents aujourd’hui, voulant être parfaits, font des burn out parentaux. Ou encore, certains se rendant compte de la réalité et difficulté de la grossesse, se ferment à la possibilité d’avoir un enfant tant les difficultés leur semblent insurmontables.

Les contes apprennent au contraire que les difficultés existent et que c’est en les affrontant et non en les évitant que l’on grandit.

Des histoires pour adultes

 la famille belette portrait dessiné personnalisé maman lit livre près de la cheminée en hiver avec un chat conte

Les contes de fées, surtout les traditionnels, ne sont pas tous destinés aux enfants. Sous leurs apparences merveilleuses et magiques, ils peuvent parfois être traumatisants s’ils sont racontés trop tôt aux enfants. Ces contes destinés aux plus grands, voire aux adultes, se caractérisent par une succession d’évènements malheureux et se terminent souvent par la mort du protagoniste. C’est par exemple le cas du conte de La petite fille aux allumettes. Ces perspectives tragiques sont difficiles à expliquer aux enfants.

Des personnages qui meurent en se sacrifiant pour une grande cause ou suite à un combat perdu d’avance ou d’autres qui se suicident par amour ne feront pas écho chez un enfant et peuvent même lui faire peur. De manière générale, je crois qu’on peut dire que les histoires qui se terminent par la mort du héros sont déstabilisantes pour un enfant.

À chaque âge sa maturité et les petits doivent d’abord se sentir aimés et en confiance pour pouvoir grandir sereinement. Rien ne sert de soulever de nouvelles angoisses.

Aussi, la description de la mort sans témoin ou sans que personne n’intervienne pour venir en aide à celui qui est en train de mourir, ne permet pas l’enfant à apprendre l’empathie. Cela ne lui apprend pas à compatir à la souffrance des autres ni à développer son sens du partage ou de la lutte contre l’injustice.

Des idées de contes contemporains

Ceci étant dit, je trouve qu’il reste extrêmement difficile de trouver parmi les livres actuels, de bons contes. Voici donc quelques idées de contes contemporains pour vos enfants.

Lorsque j’étais petite, ma maman me lisait les contes de la rue Broca et j’en garde de très bons souvenirs. Elle me lisait aussi les contes rouge du chat perché. Il y a aussi les bien connus contes du Père Castor.

Mais, si vous cherchez des livres plus récents, voici une petite sélection :

Vous aussi, partagez en commentaires les livres et les contes que vous lisez à vos enfants !

Partagez
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

3 thoughts on “Les 5 erreurs à éviter pour choisir un bon conte

  1. Merci pour la liste de suggestions en fin d’article ; je vais aller voir ça de ce pas ! 🙂

  2. Ça fait plein de source d’inspiration ! 🙂
    J’aime beaucoup l’erreur n°4, effectivement je crois que surprotéger les enfants est dommageable pour leur apprentissage de la vie. J’irai même plus loin en disant que surprotéger en général (donc en incluant les adultes) réduit le niveau de vigilance et de réflexion. Et je pense également que cette baisse d’attention conduit à la déresponsabilisation.
    PS je me demandais comment tu réalisais tes illustrations (surtout pour y inclure la couverture du livre d’OR 😉

Laissez un commentaire

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre de coloriage des contes classiques

%d blogueurs aiment cette page :