Les animaux ne parlent pas… sauf dans les histoires !

Cet article est la transcription développée et enrichie de la vidéo ci dessous : L’anthropomorphisme dans les histoire pour enfants : Pour ou contre ?

Les animaux du bois de Quat’sous

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je vous parle encore d’un dessin animé qui a marqué mon enfance : “Les animaux du bois de Quat’sous” ! Mon frère et moi avons vraiment adoré et on en parlait récemment avec beaucoup de nostalgie.

Ce dessin animé a aussi place tout particulière dans le blog car son nom “La famille Belette” vient du personnage de Belette qui j’aimé beaucoup. Vous pouvez en lire plus dans cet article.

L’histoire vient d’une série de romans de Colin Dann du même nom et le dessin animé est le fruit d’une collaboration européenne. Il est composé de 3 saisons de 13 épisodes chacune.

“Les animaux du bois de Quat’sous” raconte l’histoire d’un groupe d’animaux vivant dans une forêt qui est menacée d’un côte par la sécheresse et de l’autre par des constructions humaines. Leur milieu naturel est en train d’être détruit. Ils se réunissent donc dans le but de trouver une moyen de survivre. Finalement, c’est Crapaud, un des protagonistes qui va leur donner espoir en proposant une solution. Il va leur parler d’une réserve naturelle, le parc du daim blanc, où ils pourraient vivre en sécurité et où il est déjà allé. Il leur propose de les guider jusque là. Pour ce faire, touts les animaux font un pacte non seulement de non agression mais aussi de protection. Les grands animaux, les prédateurs, renient leur instinct pour aider les petits à aller jusqu’au bout.

Et c’est ainsi que commence le long périple d’un groupe d’animaux hétérogène. Renard en devient le chef et s’entoure de conseillers : Blaireau, Chouette, Crécerelle… et leur guide est Crapaud.

Pourquoi ai-je hésité à montrer ce dessin animé à mes enfants?

Je dois vous avouer que même si j’ai adoré ce dessin animé quand j’étais petite, j’ai eu beaucoup de réticences à le montrer mes propres enfants.

En effet, à l’époque, j’aimais beaucoup la pédagogie de Maria Montessori.

Dans celle-ci, elle propose 3 règles dans le choix des histoires.

  1. La première est l‘identification : il faut que l’enfant puisse s’indentifier aux personnages et donc qu’ils lui ressemblent. Ceci exclue par conséquent les animaux, et encore plus, les animaux qui parlent.
  2. Deuxièmement, l‘environnement et le contexte de l’histoire doit être compréhensible pour l’enfant ,et même mieux, doit être un environnement qu’il connait. Cela implique, qu’il n’y a pas de magie et plus globalement que l’histoire se passe dans son milieu habituel et parle de son quotidien.
  3. Enfin, pour Maria Montessori, il faut que l’enfant puissent apprend quelque chose des livres. Elle met donc en avant les livres documentaires.

A l’époque, je trouvais que toutes ces règles étaient très pertinentes.

Pourquoi ai-je décidé de montrer ce dessin animé à mes enfants ?

À cause de l’ÉMOTION !

J’avais envie de partager ce beau souvenir avec mes enfants, j’avais envie qu’il connaissent la joie que j’avais eu à le voir. Et qu’il puisse en discuter entre eux avec nostalgie quand ils seront grands, comme moi avec mon frère.

Et alors, je m’étais inventé toute une justification. Je me disais que “Les animaux du bois de Quat’sous” montrait finalement le monde réel, une forêt européenne avec des animaux que l’on peut effectivement croiser dans un tel milieu. Je me disais aussi que que si les animaux savaient parler et qu’ils se sentaient menacés, peut-être qu’ils se diraient ce qui est dit dans le dessin animé…

À lire aussi :  La triche ! Mes dessins sont décalqués !

Mais tout cela c’était de la poudre aux yeux ! En réalité, j’étais juste heureuse de leur montrer un dessin animé que j’avais aimé.

Mais maintenant je suis persuadée que j’ai très bien fait.

Depuis ce temps, j’ai lu énormément sur l’éducation des enfants et leur développement psychoaffectif et j’ai découvert de nombreux auteurs qui ont fait évolué ma position.

Ces trois auteurs encouragent vraiment les parents à lire des contes et d’autres histoires avec de la magie, des animaux qui parlent, des gens qui vivent des aventures impossibles…

Aujourd’hui, j’ai totalement changé d’avis concernant la position de Maria Montessori sur les histoires. J’en suis même arrivée à me dire que parfois sa pédagogie est déshumanisante tant elle souhaite donner un but précis à chaque activité et à chaque histoires racontée.

Je suis plus en accord avec les trois auteurs précédemment cités. Je pense que ce qui est essentiel dans une histoires c’est l’émotion. Le but en lisant une histoire n’est pas d’apprendre quelque chose, mais de vivre quelque chose. Les histoires ont pour rôle, non pas de nous ramener à notre quotidien, mais au contraire de nous en sortir, de découvrir de nouvelles choses, d’aller à la rencontre de l’impossible, d’augmenter notre imaginaire.

À ce propos, Je vous invite à lire mon article sur l’importance des contes.

Des histoires pour rêver… encore et toujours.

“Les animaux du bois de Quat’sous” est un dessin animé très riche de ce point de vue. Il est bienveillant avec de belles valeurs dont j’ai déjà parlé dans d’autres articles. Comme par exemple l’entraide, malgrè les différences, pour atteindre un but qui les dépasse. Même si chacun des personnages agit égoïstement car ils veulent bien sur survivre, ils vont au delà de ce besoin, en se mettant au service des plus petits. Renard, par exemple, qui est un prédateur, aurait pu faire le voyage seul sans problème. Et pourtant, il choisit d’aider de plus petits animaux, qui pourraient être des proies, comme des hérissons ou des lapins, à aller jusqu’au bout de ce périple. Le dessin animé prône aussi le courage et la persévérance.

Enfin, malgré toutes les difficultés et les dangers que les personnages vont rencontrer, je trouve qu’il n’y a quasiment pas de scènes violentes ou qui font peur. Il n’y a eu que deux scenes que j’ai trouvé difficiles et que j’ai décidé de couper. L’astuce est de raconter aux enfants l’histoire entière ou l’épisode avant de leur montrer afin d’amoindrir l’impact négatif de ces scènes qui pourraient être effrayantes. Il y en a une notamment où un personnage se fait poursuivre par des chasseurs. Cette scène peut faire peur car elle donne vraiment l’impression que le personnages va etre tuer par les chasseurs. Mais, comme je leur avait dit avant qu’il arriverait à s’échapper et que je leur avait raconté comment, ils attendaient juste avec impatience qu’il soit sauvé.

Au delà de la question de l’anthropomorphisme

Est ce que c’est bien ou mal qu’il y ait des animaux qui parlent dans les histoires pour enfants ? Est ce que l’enfant s’identifie mieux si il est face à un être humain ou un animal ?

Je trouve que toutes ces questions n’aborde pas la question primordiale.

Comme je l’ai deja dit plusieurs fois sur le blog, on raconte avant tout une histoire pour faire grandir en humanité, aussi bien les enfants que les adultes. Le point essentiel est donc que les histoires soient porteuses de sens, de valeurs. Il faut des histoires qui mettent en scène des personnages qui vivent de grandes aventures (physiques ou émotionnelles). Des histoires qui donnent envie de nous dépasser, de devenir la meilleure version de nous-même.

À lire aussi :  Pourquoi je ne montrerai pas "Princesse Kaguya" à mes enfants.

Je suis persuadée que peu importe si on montre des histoire avec des êtres humains ou des animaux, si l’histoire n’a aucune de profondeur, l’enfant n’en gardera aucun souvenir. Il n’acquerra pas grand chose en d’apprentissages, et encore moins, en empathie.

Là aussi, je vous renvoie à mon article sur les 5 critères redhibitoires pour choisir des histoires porteuses de sens à ses enfants.

Quelques belles histoires avec des animaux qui parlent

Voici une petite sélections de livre avec des animaux anthropomorphiques qui me plaisent beaucoup.

Ernest et Célestine, Gabrielle Vincent

J’aime autant les livres que le dessin animé. Cette histoire est toute en douceur aussi bien dans le trait et les couleurs que dans le fond. Elle parle d’une belle amitié entre deux personnages très différents : gros ours ronchonneur et une petite souris optimiste.

Tous les livres de Beatrix Potter

Cette auteure anglaise est une spécialiste des contes mettant en scène des animaux. On connait tous, au moins de nom “Jeannot Lapin”. Son univers est aussi très doux et les illustrations magnifiques. Je ne conseille cependant pas le dessin animé “Pierre le lapin” qui est trop rapide dans son animation. Je trouve qu’il détériore l’œuvre originale, qui invite à la contemplation, en en faisant une suite effrénée de péripéties. Je pense que ce n’est pas du tout adapté aux plus jeunes.

Le Magicien d’Oz, L. Franc Baum

Là encore, je conseille les livres et non pas les films ou dessins animés, surtout pour les plus jeunes. Faites bien attention à choisir des éditions avec de belles illustrations figuratives.

Mais il peut aussi être intéressant de lire le roman !

Toute la série du monde de Narnia de C. S. Lewis

Une fois de plus, pour les petits, je ne conseille pas le film. Il y a des scènes vraiment effrayantes ! Par contre, les romans peuvent vraiment les intéresser.

Si vous hésitez à lire des romans à vos jeunes enfants ou que vous ne savez pas comment faire, je vous invite à lire mon article : “Peut on lire des romans à de jeunes enfants ?”

Et enfin, vous pouvez piocher parmis les contes traditionnels ou les fables.

Voici quelques contes qui ont beaucoup plus à mes enfants de 5 et 3 ans :
– Boucle d’or
– Les trois petit cochons (version complète)
– Le vilain petit canard
– Le chat botté

Quoiqu’il en soit, n’oubliez pas la règle absolue :

Ne partager que des histoires qui vous touchent. La seule chose qui restera c’est l’émotion !

Partagez
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre "Des histoires pour rêver"