Pourquoi lire des contes à ses enfants ?

Cela faisait un moment déjà que je voulais parler des contes. Pour écrire cet article j’ai lu énormément de choses sur le sujet, mais il y a un livre en particulier qui m’a définitivement convaincu de l’importance des contes : le petit traité d’éducation conversatrice de Pierre-Henry Argenson. Une grande partie des idées que j’ai mises dans cet article sont tirées de ce livre.

Quand j’étais petite, nous allions très souvent à la bibliothèque avec ma maman. Elle avait aussi l’habitude de nous emmener à toutes sortes de brocantes pour acheter des livres. C’est sûrement grâce à cela que le goût de la lecture m’est venu très tôt. Mais, ce qui m’a le plus marquée, ce n’est pas tous ces livres que nous avons lu ensemble, mais les histoires qu’elle nous racontait.

Ma maman a un don merveilleux, elle donne vie aux histoires.

famille belette dessin stylisé portrait personnalisé pique nique

Je me souviens des soirées où nous n’avions pas d’électricité à cause des cyclones car j’habitais à l’ile de la Réunion. Nous allions alors, ma maman, mon frère et moi, sous un drap avec une lampe de poche. Là, elle nous racontait des histoires de Ti-Jean ou d’autres contes traditionnels réunionnais.

Je me souviens aussi de ces après-midis interminables pendant les vacances scolaires où je ne savais pas quoi faire. Nous nous allongions alors toutes les deux sur mon lit et regardions les nuages par la fenêtre pendant qu’elle m’inventait des histoires.

Il y a en a une en particulier qui m’a profondément marquée même si je ne me souviens pas de tous les détails. Il s’agissait d’une fille dont la maman avait été kidnappée. Pour la retrouver et la sauver, sa fille devait réaliser 7 épreuves. La dernière était de remplir un puit. Cependant, pour cela, il fallait faire plusieurs allers-retours depuis une rivière avec un seau. Il fallait ainsi passer sur un pont sous lequel se trouvaient des sirènes dont le but était de faire tomber la fille dans l’eau en l’hypnotisant avec des paroles. La fillette devait accomplir sa tâche longue et pénible sans se laisser distraire par les sirènes tout en restant parfaitement silencieuse. Elle se mit donc à chanter dans sa tête tout en faisant ses allers-retours.

Je me souviens de toute l’émotion que j’ai ressenti à ce moment-là. Comme la fillette, je chantais dans ma tête pour ne pas entendre les sirènes. Cette épreuve m’a fascinée. Je ne sais pas si c’est à cause de cette histoire que je suis capable de travailler ou me concentrer sans être distraite ou bien au contraire, que c’est parce que j’en étais capable que cela m’a marquée. Mais le résultat est le même. À chaque fois que je suis concentrée, une petite musique tourne dans ma tête. C’est cette même musique que j’ai entendu lorsque ma maman m’a raconté cette histoire.

Toutes ces histoires qui ont marqué mon enfance ont un point commun : ce sont des contes.

Qu’est-ce qu’un conte ?

Le conte est un récit d’origine populaire possédant des caractéristiques spécifiques.

Un récit merveilleux et symbolique

Le conte ne cherche pas à être vraisemblable ni réaliste. Il nous projète dans un monde éloigné du monde réel pour nous faire rêver. Il nous dessine un univers symbolique où chaque personnage, chaque objet, chaque situation nous invite à nombreuses interprétations.

portrait de famille belette stylisé livres enfants

Une structure narrative typique et simple, presque simpliste.

Dans son livre le héros aux milles visages, Joseph Campbell a décortiqué les contes de nombreux pays pour en ressortir leurs points communs. Il met ainsi en lumière ce qu’il appelle monomythe. Tous les mythes et légendes mais aussi tous les contes traditionnels, quel que soit leur pays d’origine ou leur culture, suivent les mêmes schémas archétypaux.

Ainsi la structure narrative d’un conte correspond au fameux schéma narratif que nous connaissons tous.

  • Situation initiale
  • Élément perturbateur
  • Suite de péripéties
  • Résolution
  • Situation finale

Si Joseph Campbell détaille plus profondément ce schéma – il décrit 16 étapes et pas seulement de 5 – le structure reste similaire. Ce schéma est si banal qu’on pourrait de prime abord le qualifier d’ennuyeux . Et pourtant, aujourd’hui encore, ce schéma est repris. Ainsi, Fred Godefroy, dans son livre Comment écrire des romans à succès propose lui aussi une méthode qui s’appuie sur ce schéma narratif pour écrire des histoires qui accrochent.

Des personnages archétypés