Pourquoi je ne montrerai pas “Princesse Kaguya” à mes enfants.

Cet article est la transcription enrichie et développée de la vidéo ci-dessous : Pourquoi je ne montrerai pas “Le conte de Princesse Kaguya” à mes enfants.

J’aime énormément les dessin animés du studio japonais Ghibli et si j’ai vu tous les films de Hayao Miyazaki, je n’ai pas encore regardé tous ceux de Isao Takahata. C’est le réalisateur qui a fait en autre “Le tombeau des Lucioles”, le dessin animé le plus triste du monde, mais absolument magnifique.

Pour rattraper ce manque, j’ai regardé récemment “Le conte de Princesse Kaguya”.

Le dessin animé “Le conte de princesse Kaguya” est une interprétation libre d’un conte du folklore japonais du Xème siècle nommé lui-même “Princesse Kaguya”.

Il s’agit de l’histoire d’un vieux coupeur de bambous qui, un jour, trouve une petite princesse dans une pousse de bambou. Il ramène cette petite princesse chez lui et, sa femme et lui décident de l’adopter. À ce moment, elle se transforme en bébé et grandit très très vite, comme une petite pousse de bambou. Elle se met à rire, à ramper, à marcher puis à courir très rapidement et tout le monde finit par la surnommer “Petit Bambou”.

Ce dessin animé avec un style très particulier est plein de poésie. Ainsi on voit à l’image les traits de crayons et on sent que l’animation a été faite à la main. Je trouve que ça nous permet d’être immergés rapidement dans ce monde onirique basé sur le Japon traditionnel. Les décors en aquarelle sont minimalistes mais figuratifs et sont très beaux. Encore une fois, comme je l’ai mentionné sur mon article sur Princesse Sarah, l’animation est typique des dessins animés japonais où sont montrés des gestes anodins du quotidiens et nous invite à la contemplation. Ces traits de crayons très expressifs permettent de nous plonger entre le rêve et la réalité. On ne sait jamais ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce style graphique qui m’a permis de me plonger entièrement dans l’histoire.

Un sentiment partagé

Et pourtant, à la fin, j’étais partagée et un peu confuse. Et je vous avoue, qu’encore maintenant, je ne sais pas trop si j’ai aimé ou pas…

Pour essayer de mieux comprendre d’où venait ce sentiment, j’ai lu le conte original. Et, en le lisant, j’ai compris…

“Le conte de la Princesse Kaguya” n’est en fait plus un conte.

En effet, on y ressent beaucoup la critique de la société japonaise traditionnelle. Il y a aussi en quelques sorte “des revendications écologiques”, car il y a une opposition claire entre la ville et la campagne qui est vue très positivement, et surtout on entre énormément dans les considérations psychologiques de l’héroïne.

Pour autant, je ne dis pas que tout cela fait une mauvaise histoire ! Mais, comme je m’attendais à un conte, j’ai été perturbée.

Et c’est aussi pour cela que je ne montrerai pas ce dessin animé à mes enfants, en tout cas, pas tant qu’ils sont jeunes. Je pense que c’est une histoire qui ne peut être réellement comprise qu’à partir de l’adolescence.

Pourtant, il n’y a aucune violence physique et les troubles psychologiques de la Princesse ne sont pas si violentes, contrairement au dessin animé Princesse Sarah que j’ai montré à mes enfants.

Alors, pourquoi je ne le montrerai pas à mes enfants.

À partir d’ici je vais détailler mon point de vue et je vais donc forcément parler en profondeur de l’histoire. Si vous voulez voir ce dessin animé et vous ne voulais pas vous faire spoiler , je vous invite à sauter au dernier paragraphe “En conclusion”

Quelques éléments importants de l’histoire

Princesse Kaguya grandit en compagnie des paysans et autres coupeurs de bambous autour de chez elle dans la fôret. Elle se fait des amis. En parallèle des amitiés qu’elle se crée, son père adoptif trouve magiquement des tissus de grande valeur et de l’or dans la fôret de bambous. Il prend la décision de la faire vivre comme une vraie princesse en ville. Il va donc acheter un palais.

À lire aussi :  Le jeu des 3 répétitions : le plaisir de raconter des histoires

Un jour, alors que sa fille rentre d’une journée avec ses amis, il lui annonce de but en blanc qu’ils partent s’installer en ville. Comme la princesse n’était au courant de rien, elle est complètement déboussolée, d’autant qu’elle avait commencé à tomber amoureuse d’un garçon de sa bande d’amis. Elle ne veut donc pas le quitter.

Arrivée dans sa nouvelle maison, passée la joie première de découvrir qu’elle est riche, elle commence à vivre comme une noble. Mais, très vite, elle se rend compte que ce n’est pas du tout ce dont elle rêve. Elle se retrouve par exemple pour son éducation avec une dame qui n’est pas très agréable et elle aimerait retourné dans sa forêt de bambous. Malheureusement, elle continuer de grandir dans cette nouvelle ambiance morose.

Un jour, des princes arrivent pour la demander en mariage mais elle refuse. À ce moment, on ne comprend pas forcément pourquoi (mis à part que les princes sont très moches) car le père et son éducatrice la pousse dans ce sens. On se doute qu’il y a une sorte d’histoire amoureuses avec son ami d’enfance mais ils ne se sont pas vraiment revus depuis, donc ce n’est pas évident.

Elle trouve donc un moyen de se débarrasser des 5 princes qui viennent la séduire en leur donnant des épreuves impossibles.

Finalement, c’est l’empereur lui-même qui vient la voir. Et là, l’empereur la prend dans ses bras contre son gré. On pourrait dire avec les mots actuels qu’il l’agresse sexuellement (même s’il ne lui fait pas mal). À ce moment là, elle crie intérieurement, et elle se rappelle alors qu’elle vient de la Lune et demande à son peuple de la ramener sur la Lune.

Pourquoi le dessin animé n’est-il plus un conte ?

portrait de famille belette stylisé livre enfants

Pour comprendre mieux ce qui fait la richesse et l’essence d’un conte, je vous invite à lire cet article : Pourquoi lire des contes à nos enfants ?

Ce que j’ai senti tout le long de ce dessin animé, c’est une critique de la ville contre la campagne. La campagne est présenté de manière merveilleuse, où les gens sont libres et heureux, où elle aurait pu vivre une belle histoire d’amour et s’épanouir, alors qu’en ville, il n’y a que des gens égoïstes. La richesse n’est pas une belle chose dans ce dessin animé.

Je ne dis pas, biensûr, que ce point de vue n’est pas intéressant, mais il est assez rare dans les contes traditionnels.

Il y a aussi une scène qui ne me parait pas adaptée aux enfants. Il s’agit d’une scène d’adultère pour parler clairement. Je ne pense pas que ce soit un sujet à mettre en avant dans un dessin animé pour enfant. Vers la fin de l’histoire, Princesse Kaguya retrouve son ami d’enfance qui est marié et qui a un enfant. Il lui propose de s’enfuir loin avec elle, en lui affirmant qu’il n’est jamais trop tard pour vivre leur amour. Et je trouve que c’est perturbant qu’elle accepte en un claquement de doigts que son ami quitte sa femme et son enfant pour elle.

Enfin, quand la princesse retourne chez elle, un de ses servants pose sur elle un manteau de plume qui lui fait oublier tous les sentiments qu’elle a eu sur terre. Elle oublie donc qu’elle a aimé ses parents adoptifs et elle oublie aussi qu’elle a été amoureuse du jeune homme.

Et ce que j’ai senti à ce moment c’est une critique du bouddhisme. Et là encore ce n’est pas un sujet que je souhaite abordé pour le moment avec mes enfants.

Qu’est-ce qui change par rapport au conte original ?

portrait de famille belette stylisé livres enfants

Dans le conte original, en premier lieu, la princesse est envoyée sur Terre parce qu’il y a la guerre sur la Lune. Elle est donc exilée pour être protégée car elle fait partie de la famille royale.

À lire aussi :  J'ai fait un dessin par jour pendant 2 ans

Le fait qu’elle ne puisse pas se marier devient évident. Tandis que dans le dessin animé ce n’est pas un point facile à comprendre. Elle vient d’un autre monde donc elle ne peut pas s’engager avec quelqu’un sur Terre. Il n’y a pas de considérations de ses sentiments. Dans le conte originale, il n’y a pas non plus cette espèce d’agression sexuelle de l’empereur qui veut se marier avec elle de force. En fait, elle se lie réellement d’amitié avec l’empereur. Elle finit par lui avouer qu’elle ne peut pas se marier avec lui car elle vient d’un autre monde.

Il n’y a pas non d’opposition entre la ville et la campagne. La richesse n’est présenté comme quelque chose de mauvais. Elle est juste riche sans préjugés positifs ou négatifs.

Et surtout à la fin, elle repart parmi les siens parce que la guerre est terminée. Dans le dessin animé, sa venue sur Terre est un “caprice”, pour le dire simplement. Elle a rencontré quelqu’un sur la Lune qui est allé sur Terre et qui a bien aimé et elle veut faire pareil. Alors que dans le conte, elle est envoyée sur Terre presque contre son gré. Le fait de retourner sur la Lune est donc logique. Alors que dans le dessin animé c’est difficile à comprendre. Ça parait même injuste de venir la chercher alors qu’elle ne veut pas partir.

Et surtout le fait d’oublier ce qu’elle a ressenti sur Terre a du sens dans le conte. Comme elle retourne parmi les siens, il semble plus simple pour reprendre une vie normale qu’elle ne s’attache pas à ce qu’elle a vécu sur Terre. Alors que dans le dessin animé, le fait qu’elle oublie tout ce qu’elle a vécu alors qu’elle voulait y aller pour vivre une nouvelle expérience n’est pas très logique.

Et évidemment, dans le conte, il n’y a pas de critique du bouddhisme. Au Xème siècle, ça n’aurait pas eu de sens.

Ce que j’ai bien aimé aussi dans conte original, c’est qu’il y a une légende liée au mont Fuji. Je ne vous en dis pas plus mais vous invite à découvrir le conte original.

En conclusion

Même si je suis très critique, j’ai passé un magnifique moment devant ce dessin animé et je le regarderai à nouveau avec joie. J’ai été happée par l’histoire et je suis attaché à ce personnage de princesse Kaguya.

Après avoir vu ce film, j’ai eu envie de raconter le conte original à mes enfants. Et ça a été une grande joie de partager avec eux cette histoire. Ils ont beaucoup aimé, particulièrement la partie où elle grandit très très vite. Ils était émerveillés ! Les différentes épreuves leur ont aussi beaucoup plus surtout que je me suis bien amusé à les détailler.

Je suis très contente de leur avoir fait découvrir ce conte d’une autre culture et de leur avoir transmis un peu de ma passion pour le Japon.

Et j’espère qu’ils pourront aussi un jour découvrir le beau dessin animé de Isao Takahata.

Et vous, qu’avez vous penser de ce dessin animé ?

Partagez
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  

4 thoughts on “Pourquoi je ne montrerai pas “Princesse Kaguya” à mes enfants.

  1. Merci pour cet point de vue !
    Pour les dessins animés japonais, il y a beaucoup de sous-entendus, qui peuvent être difficilement appréhendable pour nous.
    Ça me dit bien de découvrir ce dessin animé !

    1. Étant passionnée du Japon et de la culture japonaise, j’ai appris à comprendre et à aimer ces différences avec notre culture. J’aimerai beaucoup transmettre cela à mes enfants. Je leur par exemple montrer Totoro et ce dessin animé m’a permis de leur parler des légendes japonaises mais aussi de la vie à la campagne au Japon. Je trouve que c’est une belle façon de les ouvrir au monde 🙂

  2. Cet article me rappelle à quel point ce que nous partageons avec nos plus jeûnes est important.
    Les valeurs et les croyances que portent ces histoires vont marquer inconsciemment les esprits.
    Et d’ailleurs ce n’est pas seulement valable pour les plus jeûnes.

    Merci pour cette analyse!
    Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre "Des histoires pour rêver"