Princesse Sarah : une histoire pour enfants ?

Cet article est la transcription de la vidéo que vous pouvez voir ci-dessous

Il y a quelques temps, Pierre-louis m’a demandé de lui raconter une histoire. Si me suivez un peu sur le blog, vous savez l’importance que j’accorde aux histoires et l’importance qu’elles ont dans le développement d’un enfant. À ce sujet, je vous invite vivement à télécharger mon livre “Des histoires pour rêver : comment choisir de belles histoires pour vos enfants”

J’ai donc pris l’habitude de raconter des histoires régulièrement à mes enfants. J’aime surtout leur raconter des histoires qui m’ont particulièrement touchée lorsque j’étais enfant. Alors, quand Pierre-Louis m’a demandé de lui raconter une nouvelle histoire, j’ai tout de suite pensé à Princesse Sarah

La triste vie de la belle Sarah

Pour ceux qui ne connaissent pas, “Princesse Sarah” est un animé japonais sorti en 1985. Il passait à la télé quand j’étais petite et que j’avais 7 ou 8 ans. Ce dessin animé est inspiré d’un roman anglais et raconte l’histoire d’une petite fille nommée Sarah. Tout cela se passe au XIXème siècle à Londres. Cette petite fille très intelligente et très douce va tout perdre, son père puis sa fortune, et se retrouver dans une situation horrible. Elle va devenir servante dans l’école où elle étudiait.

Évidement ça se termine bien, comme la majorité des histoires que je racontent à mes enfants. Tant qu’ils sont petits, ça me parait essentiel . Mes enfants avaient déjà beaucoup aimé l’histoire de Cendrillon qui est très similaire. Et là, Princesse Sarah leur a vraiment vraiment beaucoup plu.

De l’histoire au dessin-animé

Comme ils ont aimé, je me suis dit que peut-être je pourrais leur montrer le dessin animé.

Pour la plupart des films et des dessins animés que je montre à mes enfants, j’aime bien d’abord leur raconter l’histoire. Je l’ai fait par exemple pour Blanche-Neige et le Roi Lion. De cette façon, j’enlève tout effet de surprise négative. Les moments qui pourraient très choquants ou faire peur sont bien atténués lorsqu’on raconte une histoire. Ainsi, lorsque je leur montre le film et qu’il y a des moments qui font peur, ils savent déjà que ça va bien se finir.

Par exemple, ils savaient par avance que dans Le roi lion , Simba ne se fait pas manger par les hyènes. Et puis, si une scène fait vraiment peur, je leur explique. “Là, je coupe cette partie parce qu’elle fait peur, mais tu sais déjà ce qu’il va se passer.” Et, je les invite à me la raconter. Ainsi tout se passe bien, ils comprennent l’histoire, même j’ai supprimé un petit morceau. J’ai fait comme ça par exemple quand Blanche-Neige se perd dans la foret. Dans le dessin animé, cette scène fait vraiment peur, j’ai donc sauté cette scène. Comme les enfants avaient déjà compris qu’elle se perdait, ils n’ont pas eu de mal à suivre.

Comme j’avais déjà raconté l’histoire de princesse Sarah, je me suis dit que j’allais leur montrer le dessin animé. Si je voyais que c’était trop difficile pour eux, j’arrêterais.